Les violettes de Toulouse

Temps de lecture : 2 minutes

Dans le langage des fleurs, la violette est le symbole de l’amour secret, timide et discret. Fleur à la couleur violette comme son nom l’indique, elle est dotée de multiples vertus. Focus sur le processus par lequel les artisans toulousains font de cette merveille exotique de bonbons aux mille et une saveurs.

Origine et Histoire

Les violettes de Toulouse sont originaires d’une fleur au parfum sucré qui est apparue en 1854, au nord de Toulouse. Exportée par la suite dans toute l’Europe, elle commence à se faire connaître jusqu’aux années 1950. Alors que la culture de la violette traverse une période de crise en 1956, les producteurs commencent à disparaître. C’est à partir de 1985 que la culture de la violette reprend de l’ampleur grâce à l’ingénieur agronome Adrien Roucolle.

Suite à cette initiative, il est mis en place un conservatoire des plantes qui est suivi en 1993 par le groupe Terre de Violettes. Ce dernier est constitué d’industriels, de producteurs et de passionnés qui travaillent jour et nuit pour fabriquer le bonbon sucré connu aujourd’hui sous l’appellation de « violettes de Toulouse ». Chaque année et principalement dans le mois de février, Toulouse organise la Fête de la Violette. Elle accueille ainsi des violettes sous toutes les formes : les bonbons sont exposés ainsi que d’autres produits tels que les fleurs fraîches, les parfums, les bouquets, les plants…

Fabrication du bonbon

Un délai minimum de 3 mois est nécessaire pour fabriquer des violettes de Toulouse. Dans un premier temps, les fleurs pesant moins d’un gramme sont récoltées pour passer à la séparation des pétales. Celles-ci sont ensuite recouvertes d’une composition à base de sucre glace. Il faut ensuite les trier et les sécher à une température d’environ 70 °C pendant 5 jours. Le sucre ainsi obtenu devient une coque qui subit après, plusieurs bains de gomme arabique et de sirop de sucre coloré. C’est à la fin de ce processus que sont obtenus les bonbons violets nommés « violettes de Toulouse ».

Yummyk, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.