Le nougat de Montélimar

Temps de lecture : 2 minutes

Le nougat de Montélimar est une spécialité du département de la Drôme provençale et plus précisément dans la ville de Montélimar. Ce nougat doit une partie de sa fabrication à l’élevage des abeilles et à la culture de l’amandier. Voici l’origine, la composition et la fabrication du nougat de Montélimar.

L’origine et la composition du nougat

Moelleux, croquant, fondant, son goût unique à aujourd’hui dépasser les frontières. Le nougat de Montélimar est composé de 28 % d’amandes douces, 25 % de miel et 2 % de pistaches. Il est aussi constitué de sucre et de blancs d’œufs. Ces éléments favorisent une bonne aération de la pâte, tout en lui donnant sa couleur blanchâtre. En effet, selon les normes de fabrication en vigueur, le nougat de Montélimar doit être constitué de diverses matières sucrantes et de l’arôme de vanille.

La renommée du nougat de Montélimar s’est accrue pendant les années 1701. La notoriété internationale de cette confiserie est due à Émile Loubet, ancien chef d’État de 1899 à 1906. Ce dernier avait organisé une grande promotion, ce qui a permis d’accroître la popularité du nougat. La notoriété de ce fameux bonbon vient aussi de sa province.

La fabrication du nougat

Pour 100 kg de nougat, il faut 23 kg minimum de lavande de province. Un sirop composé du sucre et du miel est délicatement rajouté à la pâte. Les pistaches et les amandes traditionnelles sont ensuite ajoutées au mélange. Au bout de trois heures et demie, la pâte appelée la cuite est alors tirée à la force des bras. Elle sera ensuite travaillée dans de grands moules. Pour 100 kilos de nougat, il faut quatre heures de fabrication, une heure pour l’extraire, deux heures et demie pour le couper en petit morceau et une heure et demie pour l’emballage. Il faut minimum sept heures pour fabriquer un bon nougat artisanal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *