Site icon Le sas du bonbon

Sucre d’orge de Tours

Sucre d'orge de Tours

Source : https://confiseriehallard.fr/boutique/confiserie/bonbon/sucre-dorge-de-tours-en-vrac/

Temps de lecture : 2 minutes

Convoitise des grands et amour des enfants, le sucre d’orge restera une légende. Difficile de s’en passer, cette friandise laisse découvrir ses saveurs depuis plusieurs siècles.

Origine du sucre d’Orge

Le sucre d’orge fit sa première apparition en 1638 à Moret-sur-Loing dans la cathédrale française Notre-Dame des Anges. La recette vient des moines de l’ordre de St Benoît de Nursie. À la base, la friandise servait d’antalgique contre divers maux. La décoction de semoule d’orge était utilisée pour colorer et offrir sa saveur au sucre de canisse. Pour l’empêcher de se cristalliser, ils l’imprégnaient dans du vinaigre. Après environ un siècle et demi il réapparu, cette fois ci sous forme de confiserie. Au fil des années, la recette du sucre d’orge changea, cependant son nom est maintenu. Sa conception peut varier d’un fabricant à un autre.

Sa composition et sa fabrication

De base, cette confiserie est composée de vinaigre, de sucre cristallisé et d’eau. Le dosage dépend de la quantité de friandise à concevoir. Par exemple pour un équivalent de six personnes, il faut 1 verre d’eau et de gruau. Ensuite, il faudra une cuillère à soupe de vinaigre. Ceux-ci n’étant que les ingrédients de base, d’autres composants comme l’arôme peuvent être ajoutés à la préparation. La vanille donne un meilleur goût au sucre d’orge. Adoptez un parfum selon vos goûts.

La friandise de Tours est préparée à une température de 140°. Elle est constituée d’un mélange de caramel et de gruau d’orge. Une fois cuit, le mélange est moulu dans des écharpes de fonte. Il est ensuite fragmenté en des blocs de petites confiseries. Chacun d’eux est révisé pour éliminer d’éventuelles formations de bosses. Avant d’être mis en bâtonnets ou en berlingots, les sucres d’orges sont enduits dans de la cire d’abeille. Une fois refroidis dans de l’amidon, ils passent à l’emballage.

En somme, le sucre d’orge doit son existence aux moines de Moret-sur-Loing qui l’utilisaient comme un remède contre certains maux. Transformer en confiserie, sa conception reste simple.

Quitter la version mobile