Le bonbon : quels sont les secrets de sa fabrication ?

Temps de lecture : 2 minutes

Les dragibus, les schtroumpfs, les crocodiles, les oursons ou bien les fraises tagada, nombreux sont ceux et celles qui apprécient leur goût et leur texture si caractéristiques. Quels sont donc les secrets de la fabrication du bonbon ? Ces friandises nécessitent de peu d’ingrédients pour satisfaire les palais.

La gélatine : l’ingrédient primordial

La gélatine est un agent gélifiant qui provient de la peau de porc. Les confiseurs la préfèrent, car c’est une protéine qui sert à donner une certaine élasticité. Les friandises sont ainsi conjointement solides et élastiques après refroidissement sans rencontrer de dessèchement dans le temps. De plus, c’est l’ingrédient le moins onéreux du marché. 

Le sucre : le gros pourcentage de la fabrication

Il faut savoir que les confiseries sont composées de plus de 70 % de sucre. Cette substance alimentaire est sélectionnée pour ses propriétés technologiques et organoleptiques qui offrent une saveur douceâtre à tous les ingrédients réunis et qui attribuent un aspect doré sur toutes les surfaces comme la belle couleur dorée du bonbon caramélisé. Le sucre embellit la texture qu’il soit croustillant, moelleux ou fondant. À noter que la cuisson du sucre est singulière, cuite en sous-vide dans des grands cuiseurs chauffés à la vapeur. 

Les colorants : un supplément non négligeable

Un nounours orange, des schtroumpfs bleus et rouges ou un crocodile vert, les colorants alimentaires sont principalement utilisés pour accentuer la couleur et la texture. Ils sont généralement identifiés par un code qui commence systématiquement par E (Europe), fréquemment mentionnés sur les paquets de

bonbons par E124, E129 ou bien E124. Suite à des effets indésirables chez l’enfant qui se retrouvait alors assujetti à l’hyperactivité, les confiseurs ont banni le colorant chimique (moins coûteux) pour le remplacer avec le colorant naturel (plus cher), moins nocif pour la santé des consommateurs.

Le sirop de glucose : un aspect agréable

Cet ingrédient est communément utilisé pour éviter que les bonbons ne soient gluants. Il va ainsi résister à l’humidité ambiante en écartant l’apparition de grains de sucre. Les sucreries sont alors plus savoureuses et se conservent longuement.

 Ces quatre ingrédients sont indispensables pour intensifier le goût et la texture des friandises qui les rendent si distinctives aux goûts des petits et des grands. C’est un savoir-faire particulier et à la fois simple qu’on peut effectuer à la maison. Des nounours de chaque couleur au goût fruité, des fraises tagada au goût sucré ou bien des dragibus à la texture de gomme, les consommateurs sont nombreux à les savourer quelle que soit leur recette.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.